Étude de cas

La vidéo au premier plan de la stratégie du Comité olympique australien pour les Jeux de Rio 2016

La vidéo au premier plan de la stratégie du Comité olympique australien pour les Jeux de Rio 2016
En tant qu'organisme à but non lucratif, nous devons travailler de manière efficace et rationaliser les processus chaque fois que cela est possible. Avec Brightcove, nous avons pu rationaliser le flux vidéo.
Andrew ReidDigital Manager, AOC

La vidéo en ligne favorise l'engagement et crée une nouvelle source de revenus pour les organismes à but non lucratif.

Le Comité olympique australien (AOC) est un organisme non gouvernemental à but non lucratif qui soutient le développement de sports et d'athlètes de haut niveau en Australie par le biais de collectes de fonds et d'autres initiatives. Il a la responsabilité exclusive de sélectionner et de financer des équipes pour les Jeux olympiques et les Jeux olympiques de la jeunesse pour représenter l'Australie aux jeux olympiques d'été et d'hiver.

Historique

Le Comité olympique australien (AOC) est un organisme non gouvernemental à but non lucratif qui soutient le développement de sports et d'athlètes de haut niveau en Australie par le biais de financements et d'autres initiatives. Il a la responsabilité exclusive de sélectionner et de financer des équipes pour les Jeux olympiques et les Jeux olympiques de la jeunesse pour représenter l'Australie aux jeux olympiques d'été et d'hiver.

L'AOC est également chargé de propager l'esprit et les idéaux des Jeux olympiques dans la communauté au sens large et de sensibiliser les Australiens au parcours remarquable des Australiens aux Jeux depuis 1896. Le site internet de l'AOC héberge tout le contenu en rapport avec les équipes australiennes aux Jeux olympiques, dont l'historique, les résultats, des articles, des blogs d'athlètes et des vidéos exclusives qui donnent au public australien une idée de l'aventure et des coulisses de la poursuite du rêve olympique.

En tant qu'organisme à but non lucratif, l'AOC est tributaire du soutien de ses sponsors, des contributions de la Fondation olympique australienne (AOF), de la collecte de fonds lors de manifestations organisées par des entreprises et du soutien des gouvernements des États.

La stratégie numérique de l'AOC permet de susciter l'intérêt des sponsors et d'éveiller l'intérêt envers les athlètes australiens en dehors des périodes des Jeux.

Contexte

La vidéo fait partie depuis longtemps de la stratégie de contenu plus globale de l'AOC. Son contenu vidéo, comme les entretiens avec des athlètes, les sessions de formation et les actualités relatives à l'organisme, ainsi que les événements à venir, est produit principalement en interne. Mais ces vidéos avaient tendance à être produites de façon sporadique. Pour engager le public de façon plus régulière, et prenant acte également des statistiques d'engagement élevées de la vidéo pour attirer et conserver les publics, l'AOC a mis davantage l'accent sur un contenu vidéo constant dans le cadre de sa stratégie de marketing de contenu. Par exemple, pour les Jeux d'été, Pékin 2008 a marqué le début, Londres 2012 avec 470 vidéos a été une autre étape importante et la campagne de Rio sera le palier suivant d'un contenu vidéo de qualité.

L'AOC souhaitait réaliser plusieurs objectifs avec sa stratégie de marketing remaniée, notamment un contrôle accru de son contenu, l'augmentation du trafic sur le site internet et une représentation plus efficace des marques associées à l'AOC. Alors que le Comité avait créé en 2009 son propre centre multimédia pour stocker et gérer toutes les vidéos, les autres canaux vidéos n'offraient pas un niveau de contrôle suffisant sur le contenu et pour l'association des métadonnées sur les sports et les athlètes liés.

L'AOC était déterminé à investir dans sa présence en ligne et souhaitait générer une nouvelle source de revenus par le biais de ses nouvelles offres, ce qu'il n'était pas en mesure de faire avec son ancien modèle d'opérations en ligne.

L'AOC a constaté par ailleurs que charger, convertir et gérer son large éventail de vidéos prenait énormément de temps à son équipe multimédia. Il était donc urgent de pouvoir rationaliser ces processus de flux de travail en aval.

Objectifs

  • Offrir une expérience utilisateur constante et transparente sur tous les dispositifs afin d'élargir le public et l'engagement des visiteurs
  • Exercer un contrôle accru sur le contenu vidéo et les publicités
  • Créer de nouvelles sources de revenus
  • Simplifier les processus en aval, notamment le chargement, la conversion et la gestion du contenu vidéo

Solution

L'AOC a compris que la vidéo est l'avenir du marketing de contenu. Le Comité s'est centré sur la vidéo comme moyen clé de retenir l'attention du public tout au long de l'année. Pour optimiser sa stratégie de marketing vidéo remaniée, l'AOC a choisi la solution Brightcove Video Cloud. Avec la mise en œuvre de Video Cloud, l'organisme a pu revoir son flux vidéo en ligne et a ainsi énormément simplifié et optimisé la manière dont les vidéos sont chargées, intégrées, converties et publiées sur les dispositifs mobiles et les réseaux sociaux.

« En tant qu'organisme à but non lucratif et avec une si petite équipe, nous devons travailler de manière efficace et rationaliser les processus chaque fois que cela est possible », a indiqué Andrew Reid, directeur numérique de l'AOC. « Avec Brightcove, nous pouvons rationaliser le flux vidéo. Nous pouvons à présent charger une vidéo une seule fois et le logiciel la convertit automatiquement pour qu'elle s'affiche parfaitement pour tous les visiteurs, quel que soit le dispositif, le navigateur ou les systèmes d'exploitation qu'ils utilisent. »

Brightcove Video Cloud permet à l'AOC de charger des vidéos plus souvent et de gérer le contenu, les lecteurs et les sélections dans un seul emplacement, pour une expérience plus conviviale.

L'organisme contrôle mieux son contenu vidéo, élargissant et conservant ainsi davantage son public. Au lieu d'héberger le contenu vidéo de manière disparate sur des chaînes tierces comme YouTube, tout le contenu vidéo de l'AOC est maintenant hébergé sur son site internet. Grâce aux fonctionnalités YouTube Sync de Brightcove, l'AOC peut présenter un modèle de contenu vidéo sur YouTube, dans le but final de rediriger le trafic sur son propre site internet.

Video Cloud a simplifié le processus de partage du contenu vidéo entre les partenaires de diffusion, qui sont également des clients Brightcove Video Cloud. Lors des Jeux olympiques d'hiver de Sochi en 2014, l'AOC a pu partager facilement les faits marquants de la compétition et des interviews d'athlètes avec Network Ten directement via le portail de Brightcove. Ceci a éliminé la nécessité de charger et de convertir à nouveau les clips une fois qu'ils ont été échangés, l'AOC pouvant ainsi les mettre en ligne plus rapidement. Cela a également permis aux deux parties d'élargir la portée de leur contenu, celui-ci étant distribué par le biais de plusieurs partenaires et chaînes.

« Avant d'adopter Brightcove Video Cloud, nous devions partager le contenu sur des CD qui contenaient les vidéos, puis les convertir pour qu'elles soit lues parfaitement dans notre lecteur vidéo », explique A. Reid. « Cela prenait du temps et était inefficace. Mais pour les Jeux olympiques de Rio, en utilisant la plate-forme vidéo en nuage de Brightcove, nous pourrons partager et publier le contenu rapidement et facilement. Nous devons absolument l'exploiter davantage dans notre offre pour étendre notre portée et engager notre public de supporters. »

Un partenariat gagnant

Depuis qu'il travaille avec Brightcove, l'AOC a complètement révisé son approche de la vidéo. Non seulement le processus de chargement et de publication des vidéos a été simplifié, mais l'AOC a également élargi la portée de la vidéo et amélioré les niveaux d'engagement.

Entre 2011 et 2015, les visionnages en ligne ont augmenté de 273 pour cent sur le site internet, avec un taux d'engagement largement supérieur à ce que l'organisme avait enregistré jusqu'à présent. Ces statistiques devraient se confirmer au cours des Jeux olympiques de 2016. L'AOC prévoit 280 000 visionnages en ligne pendant les Jeux, soit une augmentation d'au moins 30 pour cent par rapport aux Jeux olympiques de Londres en 2012.

« Brightcove nous a vraiment aidés à créer une stratégie de contenu vidéo plus affinée et attrayante, qui nous a permis au final d'atteindre notre objectif global de partager l'esprit des Jeux olympiques », déclare A. Reid.

Prochaines étapes

En vue des Jeux olympiques de Rio 2016, l'AOC souhaite créer et héberger davantage de contenu vidéo sur son site internet. L'organisme a l'intention de créer 400 vidéos au total sur les athlètes australiens, en ciblant l'équipe pour stimuler l'intérêt en ligne pour les Jeux et pour trouver ainsi que sensibiliser de nouveaux amateurs.

L'AOC enverra une équipe spécialisée pour produire sur place des vidéos plus nombreuses et de meilleure qualité. Avec Brightcove Video Cloud, le processus de production à la publication sera plus rapide et plus simple, avec des délais sensiblement plus courts. L'AOC mettra aussi davantage l'accent sur les moyens de partager le contenu sur ses propres réseaux sociaux et ceux de ses partenaires pour étendre sa portée et renforcer l'engagement de son public de fans.

L'AOC souhaite aussi générer une nouvelle source de revenus, en insérant des publicités avant les vidéos sur son site internet et son réseau social. Cela ouvrira une nouvelle perspective précieuse de monétisation, qui sera une source de financement importante pour l'organisme à but non lucratif.

Brightcove n'est pas un sponsor de l'AOC ou des équipes olympiques australiennes. Nous sommes un fournisseur de services payants au Comité olympique australien depuis plusieurs années. Consultez la liste des partenaires et des fournisseurs de l'équipe olympique australienne ici.