Les limites des plateformes vidéo gratuites pour la diffusion de vidéos

Les limites des plateformes vidéo gratuites pour la diffusion de vidéos

Avec le monopole de Google (YouTube), les diffuseurs de vidéos peinent à monétiser leurs contenus. Aujourd’hui, Google contrôle avec Facebook 20% du total des investissements publicitaires, contre 11% en 2012. Il n’est donc pas étonnant que la plupart des diffuseurs se rabattent sur ces plateformes pour comptabiliser le plus de vues possibles sur leur contenu vidéo.

Pourtant de nombreux experts affirment qu’une stratégie basée intégralement sur des plateformes vidéo gratuites est rarement payante, que ce soit pour l’image de la marque ou la monétisation des vidéos. La gratuité se paye !

Polémique autour de YouTube

L’actualité de ces derniers mois n’a pas toujours été favorable à YouTube. En plus de la fameuse « taxe YouTube », la plateforme a depuis décembre 2016 modifié son algorithme. Ce changement impacte par exemple les youtubeurs et vidéastes dont YouTube est l’outil de travail quotidien et la principale source de revenus. Il y a eu une modification du système de notification mais aussi de certaines conditions entrainant une sortie du programme de monétisation pour plusieurs youtubeurs. Leurs vidéos n’apparaissent plus dans le fil d’actualités de leurs abonnés ce qui se ressent sur leur nombre de vues. Ils constatent tous une baisse du nombre de followers, certains abonnés sont même victimes de désabonnement automatique.

Alors que le magazine britannique The Times dévoilaient en mars dernier une enquête constatant que des publicités de grandes marques se retrouvaient associées sur YouTube à des contenus homophobes, xénophobes ou racistes, YouTube a dû engager une deuxième vague de changement afin de modifier à nouveau et durcir les conditions d’accès à la monétisation des vidéos afin d’éviter ce type d’amalgames.

Plateformes vidéo gratuites ou payantes ?

Malgré tout cela, les plateformes de diffusion vidéo gratuites ont quelques avantages incontestables. Leur grande popularité les rend incontournables pour faire connaître une marque et diffuser du contenu. Avec plus d’1 milliard de visites chaque mois en moyenne à travers le monde, YouTube est l’un des sites web générant le plus de trafic. C’est également le deuxième moteur de recherche le plus utilisé, juste derrière Google.

Avec un tel trafic, la plateforme met à la disposition des marques une communauté attentive, et donc de potentiels consommateurs avec lesquels elles peuvent communiquer autour de leur contenu sans mettre en péril leur budget.

Pourtant, malgré l’intérêt des plateformes vidéo gratuites pour se faire connaître, leur utilisation exclusive présente quelques inconvénients. Des inconvénients qui n’existent pas avec des plateformes vidéo payantes telles que Brightcove.

Contrairement aux plateformes vidéo gratuites, les versions payantes garantissent un total contrôle et un environnement optimal pour vos vidéos. C’est une manière sûre de mettre votre marque en pleine lumière, sans risque d’interférences ou d’informations parasites. L’environnement de la marque est maitrisé à 100%, le tout est cohérent, assurant ainsi une bonne expérience utilisateur. Brightcove offre par exemple de nombreux services de personnalisation : mise en avant de contenus en créant des sélections de plusieurs vidéos, style de la mise en page personnalisé an accord avec votre charte graphique, ou personnalisation du lecteur vidéo. Désormais, Brightcove propose également une technologie d'insertion publicitaires côté serveur pour gérer les bloqueurs de publicités mais aussi une nouvelle solution permettant de toucher Facebook et Twitter depuis une seule interface centralisée Brightcove Social.