Notre Manifeste pour transformer l'expérience et l'économie de la vidéo en ligne en 2017

La dynamique économique de la publication de vidéos en ligne n’est pas suffisamment intéressante pour de nombreuses entreprises de multimédia pour qu’elles prospèrent, une partie de plus en plus importante du potentiel de revenus et de rentabilité étant concentré dans une poignée de très grandes sociétés. Pour pouvoir permettre à un large éventail d’entreprises de multimédia de prospérer, Brightcove a trois missions principales en 2017 :

  • Amélioration considérable de l’expérience utilisateur que les éditeurs peuvent offrir à leur public
  • Augmentation du potentiel de revenus de la vidéo en ligne de nos clients jusqu’à 50 %
  • Réduction du coût global d’exploitation et de diffusion de vidéos en ligne jusqu’à 50 % pour nos clients

La révolution de la vidéo en ligne a fait de très grands progrès depuis l’époque pionnière où lire une vidéo courte, de qualité médiocre et de la taille d’un timbre poste sur un ordinateur de bureau en ligne dans un navigateur semblait un peu magique. Nous avons fondé Brightcove sur la vision que combiner la vidéo et l’internet ouvert changerait tout : chaque entreprise serait une entreprise de multimédia, chaque entreprise de multimédia serait une entreprise internet et la vidéo serait le type de données principal sur internet. Au début de l’année 2017, cette vision s’est concrétisée et nous avons depuis longtemps « franchi le gouffre ». La prolifération de dispositifs grand public incroyablement efficaces dans nos mains et nos salons a généralisé la vidéo en ligne pour les utilisateurs. La ruée vers les services directs au consommateur a mené à un âge d’or de la programmation. De toutes nouvelles approches de la communication, du divertissement, du partage sur les réseaux sociaux et de la monétisation se sont multipliées, de YouTube à Facebook, Snapchat, Twitter, Instagram et de nombreux nouveaux entrants. Les entreprises de multimédia « traditionnelles » — sociétés qui proviennent de la diffusion et de l’édition écrite — se sont clairement étendues en ligne et rivalisent à présent pour retenir l’intention avec un vaste éventail d’entités de médias « nées numériques ». Le trafic vidéo représente plus de 70 % de tout le trafic internet et dépassera 80 % d’ici 2020.

Cependant, malgré l’explosion de nouveaux services, une forte demande de vidéos en ligne de la part des consommateurs et d’immenses possibilités de contenu, le fait est que les aspects financiers de nombreux services de vidéo à la demande financés par la publicité (ou AVOD) pèsent trop lourdement pour permettre aux entreprises de multimédia de durer, de prospérer et de se développer. Avec la concentration extrême de l’argent des publicités chez un petit nombre de très grandes sociétés (85 centimes sur chaque dollar dépensé supplémentaire revient à Google et Facebook, selon Morgan Stanley), il est impératif que les fournisseurs de plates-formes et les éditeurs se réunissent pour trouver un moyen plus efficace de changer les données économiques d’un contenu de bonne qualité et professionnel. Sinon, nous risquons de passer d’un âge d’or du contenu à un âge sombre de possibilités restreintes. Nous pouvons survivre avec moins de grandes séries, mais sans un modèle commercial durable pour le journalisme indépendant et les créateurs de contenus « longue traîne » professionnels, nous désavantageons notre société.

Pour certains, la vidéo à la demande par abonnement (SVOD) sera le bout du tunnel des difficultés économiques entourant la gestion d’une entreprise de multimédia financée par la publicité. S’adresser directement au consommateur et appliquer des frais directement sur le contenu peut entraîner une meilleure expérience que de nombreuses options de médias financées par la publicité et un modèle économique plus prospère. Mais cela n’est en aucun cas une panacée. Aux États-Unis, nous avons vu une forte demande des clients pour la fin du « bouquet » avec le désir d’acheter des chaînes à la carte. Cela peut fournir aux propriétaires de contenu et aux opérateurs de services une rentabilité plus favorable par abonné, mais le chemin vers la réussite est étroit. Pour les consommateurs, essayer de créer leur bouquet par le biais de différents services de divertissement SVOD généraux comme Netflix, Hulu et HBO, d’abonnements à des chaînes de sport comme ESPN et d’offres de niche comme WWE, Funimation et Acorn TV peut être attrayant, mais seulement jusqu’à un certain point. Les consommateurs ne vont pas acheter une douzaine de services distincts avec des expériences utilisateur fragmentées et des coûts qui s’additionnent rapidement. Nous ne connaissons peut-être pas encore les limites, mais on peut facilement prédire que si nous essayions de convertir tout le contenu dans nos vies qui est financé par le biais de la publicité dans les services par abonnement gratuit, nous dépenserions rapidement beaucoup plus qu’avec l’ancien bouquet... et cela n’est tout simplement pas viable. Et même pour les services SVOD qui naviguent sur ce chemin étroit, la dimension économique représente un défi s’ils ne peuvent pas recueillir des millions de visiteurs.

Que vous envisagiez la SVOD, AVOD ou un modèle hybride, cela reste trop difficile, trop complexe et trop onéreux pour fournir des expériences de qualité. Il y a douze ans, diffuser du contenu HD partout où vous vous trouviez était inimaginable. Si nous regardons les composants de base des services en ligne comme le stockage, la bande passante et l’informatique, « la tuyauterie » pour diffuser de la vidéo en ligne est devenue moins chère. En revanche, au lieu d’être plus facile, diffuser du contenu est devenu plus complexe, et en grande partie en raison de la fragmentation des formats, dispositifs et destinations (propriétés O&O, partenaires de syndication, réseaux sociaux). Complexité signifie coût. Pour que les entreprises de médias soient réellement prospères (et pas seulement les quelques principales), nous devons favoriser une réduction du coût et de la complexité qui soit une fonction de palier importante vers le bas, pas seulement une amélioration graduelle.

Ainsi, étant donné la possibilité qui s’offre à nous (la combinaison de l’internet ouvert, de la vidéo et de dispositifs grand public formidables, mobiles et dans nos salons) de permettre non seulement un âge d’or du contenu mais également des entreprises de multimédia, voici le manifeste pour notre activité de médias chez Brightcove en 2017.

  1. Amélioration radicale de l’expérience vidéo
  2. Amélioration du potentiel de revenus de la vidéo d’au moins 50 % par rapport aux normes actuelles
  3. Réduction du coût total de la diffusion d’expériences AVOD et SVOD de qualité d’au moins 50 %

Il n’y a pas de règle d’or unique, et les clients en profiteront de différentes manières, mais nous savons que nous allons y arriver. Nous investissons énormément dans l’innovation et nous sommes en mesure de mettre à profit des années d’investissement dans la création d’un ensemble modulaire moderne de services de vidéo en nuage, fondés sur une infrastructure en nuage publique pour transformer la dynamique économique peut-être davantage en un an que nous l’avons vu depuis les débuts de la vidéo en ligne. Je vais exposer ci-dessous d’une manière précise comment nous allons le faire, mais je vous invite cependant à lire les  publications complémentaires qui fournissent des renseignements plus spécifiques pour chaque thème ou à télécharger la version intégrale du document Expérience et rentabilité : Manifeste pour les médias de Brightcove en 2017.

Transformation de l’expérience vidéo

Les données sont claires. De meilleures expériences vidéo se traduisent par une augmentation de la consommation de vidéos, mesurée par temps de visionnage et visites répétées, ce qui est la raison pour laquelle améliorer l’expérience est la première mission de notre Manifeste pour les médias en 2017. La vitesse de chargement d’un lecteur, le délai d’affichage de la première image et le nombre d’événements de retamponnage et d’erreurs, particulièrement lorsque de la publicité est ajoutée au contenu, peuvent avoir une influence considérable sur le temps de visionnage et le nombre de visiteurs qui reviennent sur le site voir également (ce document et ce document).

Nous avons identifié quatre vecteurs d’innovation différents que nous étudions pour aboutir à des améliorations sensibles des performances de la vidéo et de l’expérience utilisateur, qui peuvent avoir une influence décisive sur nos clients en 2017. Je vais les commenter rapidement ci-après, mais vous pouvez découvrir en détail chacun d’entre eux et consulter certaines données du secteur et des données sur les performances du lecteur Brightcove par rapport à la concurrence en accédant à cette section développée du Manifeste.

  • Intégration transparente de publicité. Nous pensons que l’insertion de publicités côté serveur (SSAI) est un bien meilleur moyen de gérer la manière dont le public perçoit la publicité et, avec la SSAI, nous pouvons diffuser des publicités qui offrent une expérience proche de la télévision rapide et transparente pendant la diffusion tout en prenant en charge de statistiques stratégiques. En 2017, des innovations réduiront radicalement le coût et la complexité du basculement de la CSAI à la SSAI et généraliseront cette expérience de meilleure qualité.
  • Comprendre la qualité de l’expérience. Les statistiques sur la qualité de l’expérience (QoE) nous permettent de comprendre, rendre transparentes et améliorer sans cesse la qualité des expériences vidéo réelles des visiteurs. Nouveauté en 2017, tous nos lecteurs (internet et natifs) intégreront un balisage de statistiques QoE sophistiqué et la possibilité d’interroger et de créer des rapports pour comprendre objectivement les temps de démarrage, le retamponnage, les erreurs, le débit et les changements de rendus.
  • Une meilleure qualité et de nouvelles expériences plus immersives. En utilisant le 4k, l’UHD et des vues à 360°, la vidéo sera aussi facile à exécuter que la vidéo HD l’est aujourd’hui.

Augmentation des revenus

La seconde mission de notre Manifeste pour les médias en 2017 est d’aider nos clients à augmenter les revenus de la vidéo jusqu’à 50 %.

S’agissant de la publicité, la complexité générée par l’univers croissant de dispositifs sur lesquels le public regarde des vidéos a amené des défis en matière de monétisation et ne permet plus d’appliquer un seul format à toutes les plates-formes. Chez Brightcove, nous diffusons des millions de flux quotidiennement qui sont monétisés avec de la publicité côté serveur et nous avons permis au secteur de passer de la technologie Flash à la vidéo HTML5 et la monétisation. Cependant, ces deux dernières années, nous avons constaté que la SSAI fournissait une meilleure expérience et une meilleure plate-forme pour la monétisation pour nos clients et les effets commerciaux de ces efforts sont importants.

Nous constatons des augmentations de revenus concrètes lorsque les rubriques vidéo en ligne passent à la SSAI. MediaWorks est la plus grande société de diffusion de Nouvelle-Zélande, et touche 96 % de la population dans la région par le biais de son vaste portefeuille de marques premium à la radio, à la télévision et sur des plates-formes numériques et en direct. Son partenariat avec Brightcove et la mise en œuvre de la SSAI dans ses rubriques ont généré une augmentation de 35 % de l’inventaire monétisable en diffusant sur les dispositifs bas de gamme, en augmentant le temps de visionnage et en contournant les bloqueurs de publicités. Vous pouvez obtenir les données relatives à cette réalisation et plus de détails en lisant la publication complémentaire consacrée à l’augmentation des revenus.  En 2017, nous voulons que tous nos clients parviennent aux résultats obtenus par MediaWorks pour la vidéo à la demande, et nous lancerons également un nouveau service qui apportera les mêmes avantages à nos clients qui hébergent des événements en direct et des chaînes en direct 24h/24, 7j/7. Le direct avec la SSAI est une possibilité formidable et croissante pour nos clients et nos investissements dans les API pour gérer l’insertion des publicités, les microcoupures et les fonctions DRM et DVR en nuage stimuleront tous une croissance de l’inventaire en 2017.

Les deuxième et troisième axes stratégiques pour augmenter le potentiel de revenus de nos clients impliquent de renforcer les interactions et la portée grâce à des recommandations et la syndication.

Concernant l’engagement, nous nous sommes associés à IRIS.TV pour permettre à nos clients d’augmenter le nombre d’affichages publicitaires premium par session de visionnage et la valeur de leurs sites et contenu exploités. Plusieurs clients de Brightcove constatent une augmentation de plus de 50 % du nombre de vues simplement en activant cette fonction. Forbes en est un bon exemple :

« Il y a deux semaines, nous avons commencé à utiliser le lecteur vidéo IRIS.TV sur les pages des articles. La plate-forme IRIS.TV utilise un moteur de personnalisation pour trouver et faire remonter le contenu vidéo associé en fonction des habitudes de consommation des utilisateurs. Les premiers chiffres du nouveau lecteur ont été impressionnants. Nous avons constaté une augmentation de 465 % des visionnages grâce aux recommandations de vidéos au cours de la semaine dernière et 87 % des utilisateurs ont suivi jusqu’au bout une vidéo qui contenait une vue recommandée. » [Nina Gould, employée de Forbes]

L’écosystème de la vidéo en ligne est riche et complexe et apporte aux éditeurs de nombreuses possibilités, mais il impose également d’identifier les outils et les services, d’intégrer, tester, gérer, sous-traiter et passer des contrats pour chacun. Cette intégration pèse lourdement sur le coût total de propriété de l’exploitation d’un service vidéo en ligne. C’est pourquoi nous avons décidé d’intégrer IRIS.TV directement dans le lecteur Brightcove et Video Cloud comme option, que chacun de nos clients peut « activer » sans s’occuper du travail et de la complexité de la sous-traitance, de la passation de contrats et de l’intégration. Le retour sur investissement est élevé, le coût d’adoption est faible.  

La syndication est une autre possibilité de monétisation que les entreprises de vidéo en ligne qui réussissent mettent de plus en plus à profit. La syndication de vidéos entrantes de contenu de bonne qualité crée un nouvel inventaire à monétiser et allonge le temps de présence des visiteurs sur le site. La syndication de vidéos sortantes fournit aux éditeurs un retour plus important sur leurs investissements. Jusqu’à récemment, commencer à utiliser ces deux formes de syndication était complexe, nécessitait plusieurs systèmes et elles n’étaient disponibles que pour les plus grandes entreprises qui disposaient du personnel pour installer et gérer manuellement ces activités. Brightcove Marketplace, optimisé par notre partenaire Vemba et intégré directement à Video Cloud simplifie cette tâche. Pour les clients Video Cloud, choisir les vidéos, les lecteurs et les règles commerciales qu’ils souhaitent utiliser pour syndiquer le contenu et ajouter à leurs médiathèques du contenu provenant du marché sont des processus simples. En outre, nos clients sont déchargés des difficultés que présentent le suivi, les statistiques et le règlement des transactions. Il s’agit d’un grand pas en avant en matière de flexibilité et de possibilité qu’offrent les modèles apparus sur le marché jusqu’à présent.

Réduction du coût et de la complexité

Nous avons travaillé sur des éléments de base du flux de travail vidéo et de la mise en forme qui apporteront des bénéfices significatifs à nos clients en 2017.

Les flux de médias modernes nécessitent à présent de nombreux types de traitements du contenu ; des tâches comme l’application de DRM (gestion des droits numériques) ; le balisage et la préparation des fichiers vidéo pour l’insertion de publicités ou leur distribution sur les réseaux sociaux comme Twitter, Facebook et YouTube. Un client peut avoir besoin du balisage du contenu afin de faciliter la gestion dans le cadre des différentes offres d’abonnement qui constituent son service OTT. Ces flux doivent essentiellement pouvoir traiter et compresser correctement chaque flux individuel pour l’utilisateur et la plate-forme appropriés. Cela est souvent appelé le « conditionnement de flux ». Chez Brightcove, nous appelons notre capacité à le faire la « diffusion de médias dynamique ». Cette innovation changera fondamentalement plusieurs choses pour nos clients, notamment leur coût d’exploitation, car ils n’auront plus à gérer des éléments disparates qui effectuent ces fonctions séparément et avec des coûts supplémentaires par solution. Les clients qui diffusent du contenu premium avec la DRM et qui ciblent plusieurs dispositifs verront les avantages les plus importants, car nous pouvons réduire le nombre de rendus que chaque vidéo nécessite de 50 à 100 à moins de 10, ce qui réduit énormément les coûts associés à la conversion et au stockage.

D’autre part, les profils dynamiques Brightcove nous permettront d’atteindre l’objectif d’économies de 50 % dans les domaines du stockage et de la diffusion. Actuellement, les clients qui utilisent la vidéo à la demande (VOD) de Brightcove utilisent un ensemble de profils de diffusion de vidéos prédéterminés, contenant des spécifications de débit statiques quel que soit le type de ressource, pour diffuser leur contenu vidéo aux consommateurs. Nous considérons que cela est inefficace. Nous pensons en fait que cela engendre des inefficacités qui entraînent des coûts de stockage et de diffusion supérieurs de 30 % à 40 % à ce qui est nécessaire, et nous allons donc utiliser bientôt l’apprentissage machine pour effectuer une analyse du contenu qui informe d’un meilleur moyen de le traiter et plus efficace.     

Les autres éléments clés de l’équation des économies de coûts incluent :

  • les fonctions de publication natives rationalisées de Brightcove Social pour Facebook, YouTube et Twitter intégrées à Video Cloud. Le processus est maintenant rapide, simple et peu onéreux, particulièrement pour les clients qui payaient pour une technologie supplémentaire pour ce flux de travail. Le calendrier 2017 de Brightcove Social comporte un tas de fonctions destinées à améliorer les capacités que nos clients ont découvertes ;
  • Brightcove OTT Flow optimisé par Accedo se révèle être un produit performant et rentable qui peut rendre viables — sur iOS/Android/FireTV/Roku/AppleTV - même les offres destinées à davantage de publics de niche.

Tous ces éléments ajoutés feront évoluer le marché, et je vous encourage à approfondir ce sujet avec cette publication complémentaire qui fournit plus de détails sur chacun d’entre eux. En 2017, nous permettrons aux clients de réduire les silos, d’éliminer le travail personnalisé et les projets d’intégration fastidieux, de réduire les coûts de stockage et de diffusion et les délais de mise sur le marché.

Résumé et étapes suivantes

2017 sera une année déterminante pour de nombreux services et éditeurs de vidéos en ligne. Chez Brightcove, des innovations sur lesquelles nous travaillons depuis longtemps seront réunies pour réaliser notre mission :

  1. Amélioration radicale des expériences utilisateur

    • Vitesses de chargement et d’affichage de la première image plus rapides
    • Lecture des publicités transparente et rapide sur les différents dispositifs
    • Vidéo de meilleure qualité et plus immersive, diffusée avec moins d’erreurs et événements de retamponnage
  2. Augmentation du potentiel de revenus de la vidéo en ligne jusqu’à 50 %

    • La SSAI débloquera au moins 30 % d’inventaire en plus en résolvant les difficultés de la prise en charge des dispositifs, de l’expérience des utilisateurs et des bloqueurs de publicités, tout en devenant moins onéreuse et plus simple à adopter pour la VOD et le direct.
    • Les recommandations intégrées à Video Cloud et au lecteur Brightcove, optimisées par IRIS.TV, généreront au moins 50 % de plus de visionnages de vidéos.
    • La syndication de vidéos sortantes en utilisant Brightcove Marketplace permettra de nouveaux flux de revenus, et la syndication de vidéos entrantes créera un nouvel inventaire avec du contenu de bonne qualité fourni par de nombreux créateurs de contenu vidéo les plus importants.
  3. Réduction du coût total de propriété jusqu’à 50 %

    • La diffusion de médias dynamique Brightcove réduira les silos techniques et les coûts associés à la conversion et au stockage, particulièrement pour les services de contenu premium qui nécessitent la DRM.
    • Brightcove Social réduira les efforts et les autres coûts associés au chargement de contenu séparément sur chaque grand réseau social et au regroupement des statistiques.
    • Une nouvelle technologie d’encodage optimisée par l’apprentissage machine, les profils dynamiques, réduira la bande passante et le stockage nécessaires pour un service de vidéos en ligne jusqu’à 30 à 50 % sans réduction de la qualité.
    • OTT Flow permettra aux entreprises de multimédia de lancer rapidement des services OTT superbes sans coûts initiaux et avec des coûts mensuels faibles et prévisibles.

La concentration de Brightcove sur ces trois thèmes est le résultat des douzaines de conversations et réunions d’information que nous avons eues avec des clients dans le monde entier au cours de l’année dernière. Nous sommes privilégiés de travailler avec un ensemble d’équipes accompli d’entreprises de multimédia, qui ouvrent des perspectives pour leurs entreprises dans un monde de la vidéo qui évolue rapidement et souvent exigeant. Pour ce manifeste, nous savions que nous devions non seulement leur expliquer où nous pensons pouvoir faire une différence dans leurs trajectoires, mais également les éléments spécifiques pour y parvenir. Nos priorités sont-elles alignées ? Nous avons hâte de voir les résultats de nos efforts collectifs en 2017 et au-delà.

Téléchargez la version complète du Manifeste pour les médias 2017 de Brightcove