Le Manifeste Brightcove pour les médias en 2017: accroître le potentiel de revenus de la vidéo d'au moins 50 %

Le Manifeste Brightcove pour les médias en 2017: accroître le potentiel de revenus de la vidéo d'au moins 50 %

Remarque : cette publication est l’élément complémentaire n° 2 du document Expérience et rentabilité : Manifeste pour les médias de Brightcove en 2017. Téléchargez l’intégralité du manifeste au format PDF ici.

Rappelez-vous la phrase culte de Gordon Gekko, personnage principal du film Wall Street en 1987 : « Ce qui vaut la peine d’être fait vaut la peine d’être fait pour de l’argent. »  Cela est vrai pour la plupart des vidéos en ligne, mais à notre avis, cela a été beaucoup trop difficile pendant trop longtemps. Voici les domaines sur lesquels nous allons nous concentrer en 2017 pour permettre à nos clients d’augmenter leurs revenus de la vidéo jusqu’à 50 %.  

Optimisation de la diffusion de publicités. L’univers croissant de dispositifs sur lesquels le public regarde des vidéos ne permet plus d’appliquer un seul format à toutes les plates-formes. Aux débuts de l’insertion publicitaire pour la diffusion de vidéos, l’appel du spot publicitaire et les mécanismes de basculement entre le programme et la publicité — et de retour au programme — se déroulaient tous dans le lecteur, un processus appelé insertion de publicités côté client (CSAI). Alors que cette approche pouvait utiliser des cookies de navigateur pour cibler des publicités plus pertinentes, elle engendrait également des problèmes qui avaient une incidence sur l’expérience vidéo globale. Les publicités étaient diffusées avec une qualité inférieure à celle du contenu du programme ou un internaute voyait la même publicité plusieurs fois par session, voire souvent dans la même page de publicité. La CSAI a introduit la latence étant donné que le lecteur attendait trop souvent un réseau publicitaire (ou une série de réseaux publicitaires) pour décider et diffuser une publicité. La technologie s’exécutant au niveau du client, elle a été développée, testée et déboguée pour chaque client (navigateur ou dispositif), une tâche énormément ingrate et onéreuse qui ne peut tout simplement pas offrir une expérience cohérente et sans erreur dans le monde fragmenté d’aujourd’hui. Enfin, alors que la technologie Flash d’Adobe a encouragé la CSAI pendant des années, en raison de sa prolifération et uniformité dans les navigateurs, elle est maintenant progressivement abandonnée par ces navigateurs. Actuellement,  l’Internet Advertising Bureau (IAB) veut faire passer toutes les publicités du format Flash au format HTML5/JS d’ici juillet 2017 et alors que nous avons pris en charge la publicité HTML5/VPAID.JS pendant un an, nous mettons l’accent sur une autre voie.

La SSAI a fourni une meilleure expérience et une meilleure plate-forme pour la monétisation que la CSAI. Il est vrai qu’il existe des différences dans ce que l’approche SSAI permet actuellement en matière de ciblage et d’individualisation par rapport à l’ancienne approche de la CSAI. Brightcove investit cependant dans l’élimination, l’amélioration ou pour rendre ces écarts sans effet en 2017 et nous collaborerons avec l’IAB, les publicitaires et les éditeurs pour définir de nouvelles approches et les meilleures pratiques pour optimiser le potentiel de monétisation.

Je dois enfin, ce qui n’est pas le moins important, mentionner le défi pour la CSAI que présentent les bloqueurs de publicités. De nombreux diffuseurs, éditeurs et programmeurs voient au moins un tiers des visionnages de leurs vidéos compromis par cette technologie. La SSAI Brightcove atténue ces problèmes et nous sommes en mesure d’aider nos clients à atteindre et monétiser leurs publics, quels que soient la plate-forme, le dispositif ou l’obstacle potentiel que des technologies comme le blocage de publicité introduisent. Nous travaillons également avec des chefs de file du secteur comme DoubleClick for PublishersFreeWheel, Tremor Video, SpotX et Rubicon, pour n’en citer que quelques-uns. Ces intégrations rendent la mise en œuvre plus simple et plus efficace que jamais auparavant.  

Les répercussions commerciales de ces efforts sont importantes. Nous constatons des augmentations de revenus concrètes lorsque les rubriques vidéo en ligne passent à la SSAI. MediaWorks, la plus grande société de diffusion de Nouvelle-Zélande, touche 96 % de la population dans la région par le biais de son vaste portefeuille de marques premium à la radio, à la télévision et sur des plates-formes numériques et en direct. Son partenariat avec Brightcove et la mise en œuvre de la SSAI dans ses rubriques ont généré une augmentation de 35 % de l’inventaire monétisable. Mais ce n’est que la pointe de l’iceberg. Au-delà des avantages en matière de monétisation, Tom Cotter, chef du service de l’information et des produits chez MediaWorks, a identifié les principaux avantages suivants qu’offre la technologie de Brightcove :

·       Portée plus importante sur les dispositifs bas de gamme

·       Temps de visionnage plus important

·       Contournement des bloqueurs de publicités

·       Coût de développement moins élevé

Voici une diapositive de l’analyse par Tom montrant les gains réalisés avec la SSAI dans toutes les rubriques de MediaWorks :

En 2017, nous voulons que tous nos clients parviennent aux résultats obtenus par MediaWorks pour la vidéo à la demande et nous lancerons également un nouveau service qui apportera les mêmes avantages à nos clients qui hébergent des événements en direct et des chaînes en direct 24h/24, 7j/7. Le direct avec la SSAI est une possibilité formidable et croissante pour nos clients et nos investissements dans les API pour gérer l’insertion des publicités, les microcoupures et les fonctions DRM et DVR en nuage stimuleront tous une croissance de l’inventaire en 2017.

Les recommandations et la personnalisation résolvent un enjeu important dans la vidéo en ligne : lorsque les éditeurs payent énormément pour obtenir des visiteurs, ils les perdent souvent après une seule vue.  Nous nous sommes associés à IRIS.TV pour permettre à nos clients d’augmenter le nombre d’affichages publicitaires premium par session de visionnage et la valeur de leurs propres sites et contenu exploités. IRIS.TV permet à nos clients d’avoir une meilleure relation avec le visiteur au sein du lecteur lui-même, en utilisant l’apprentissage machine pour diffuser un contenu attrayant en temps réel. Cela signifie des expériences vidéo ininterrompues, contextuelles et de qualité qui ont produit des résultats stupéfiants. Plusieurs clients de Brightcove constatent une augmentation de plus de 50 % du nombre de vues simplement en activant cette fonction. Forbes en est un bon exemple :

« Il y a deux semaines, nous avons commencé à utiliser le lecteur vidéo IRIS.TV sur les pages des articles. La plate-forme IRIS.TV utilise un moteur de personnalisation pour trouver et faire remonter le contenu vidéo associé en fonction des habitudes de consommation des utilisateurs. Les premiers chiffres du nouveau lecteur ont été impressionnants. Nous avons constaté une augmentation de 465 % des visionnages grâce aux recommandations de vidéos au cours de la semaine dernière et 87 % des utilisateurs ont suivi jusqu’au bout une vidéo qui contenait une vue recommandée. » [Nina Gould, employée de Forbes]

L’écosystème de la vidéo en ligne est riche et complexe et apporte aux éditeurs de nombreuses possibilités, mais il impose également d’identifier les outils et les services, d’intégrer, tester, gérer, sous-traiter et passer des contrats pour chacun. Cette intégration pèse lourdement sur le coût total de propriété de l’exploitation d’un service vidéo en ligne. C’est pourquoi nous avons décidé d’intégrer IRIS.TV directement dans le lecteur Brightcove et Video Cloud comme option, que nos clients peuvent « activer » sans s’occuper du travail et de la complexité de la sous-traitance, de la passation de contrats et de l’intégration. Le retour sur investissement est élevé, le coût d’adoption est faible.   

La Syndication est une autre possibilité de monétisation que les entreprises de vidéo en ligne qui réussissent mettent de plus en plus à profit. La syndication de vidéos entrantes de contenu de bonne qualité crée un inventaire à monétiser et prolonger la présence des visiteurs sur le site. La syndication de vidéos sortantes fournit aux éditeurs un retour plus important sur leurs investissements. Jusqu’à récemment, commencer à utiliser ces deux formes de syndication était complexe, nécessitait plusieurs systèmes et elles n’étaient disponibles que pour les plus grandes entreprises qui disposaient du personnel pour installer et gérer ces activités. Brightcove Marketplace, optimisé par notre partenaire Vemba, est intégré directement à Video Cloud et simplifie cette tâche. Pour les clients Video Cloud, choisir les vidéos, les lecteurs et les règles commerciales qu’ils souhaitent utiliser pour syndiquer le contenu et ajouter à leurs médiathèques du contenu provenant du marché sont des processus simples. En outre, nos clients sont déchargés des difficultés que présentent le suivi, les statistiques et le règlement des transactions. Il s’agit d’un grand pas en avant en matière de flexibilité et de possibilité qu’offrent les modèles apparus sur le marché jusqu’à présent.  

Je vous invite à découvrir ici comment notre objectif d’augmentation des revenus de la vidéo de nos clients jusqu’à 50 % s’inscrit dans le cadre du Manifeste pour les médias de Brightcove et nos projets pour 2017.