Les enfants, « mini-consommateurs » de VoD de plus en plus convoités

Les enfants, « mini-consommateurs » de VoD de plus en plus convoités

Génération Z

Au cours des dernières décennies, de nombreux bouleversements ont considérablement influencé notre consommation télévisuelle : introduction du numérique, passage progressif à la haute définition et arrivée d’Internet. Mais les consommateurs ne sont plus seulement attentifs aux contenus mis à leur disposition, mais également à la manière dont ils en disposent. C’est pourquoi les supports ont évolué, passant ainsi du téléviseur classique à une multiplicité d’écrans et de terminaux dits « intelligents » (Smartphones, SmartTV…). Selon une étude Brightcove, 72 % des sondés préfèrent la VoD aux chaînes TV classiques parce qu’elle leur permet de regarder ce qu'ils veulent, où et quand ils le veulent.

En tant que « digital natives », les enfants d’aujourd’hui manient très bien ces appareils et s'attendent tout naturellement à pouvoir accéder à leurs programmes favoris où et quand ils le souhaitent, et ce sur n’importe quel type d’appareils. Leurs attentes en matière de consommation vidéo sont immenses, mais loin d’être surprenantes, puisqu’ils ont toujours eu à leur disposition une très large palette de contenus de qualité variés. Chez les 4 - 15 ans, les audiences TV ont chuté de 22 % entre les premiers semestres 2010 et 2015, tandis que celles concernant la VoD explosent.

Les poids lourds de l'industrie vidéo ont bien cerné le potentiel de cette nouvelle cible de « mini-consommateurs » et se livrent aujourd’hui une bataille acharnée pour la conquérir…

Magnéto-quoi ?

Une récente expérience réalisée par The Fine Brothers a mis en lumière les attentes de la génération Z en matière de programmation vidéo. Un épisode de la série « Kids React » a en effet permis d’observer les comportements de plusieurs enfants devant un magnétoscope, une cassette vidéo ou un vieux téléviseur. Leurs points de vue sont sans appel : ils demeurent perplexes ! L’un d’eux résume parfaitement les réactions du groupe : « Aujourd’hui c’est bien plus facile, puisqu’on peut accéder à la vidéo à la demande sans bouger du canapé ! ».

Ces propos illustrent les attentes de cette génération en termes de fonctionnalité, de disponibilité et d’accessibilité des contenus. Le temps où les enfants attendaient patiemment que leurs programmes favoris passent à la télévision est révolu ! Les diffuseurs doivent donc s’adapter et être de plus en plus flexibles.

Les grands noms du secteur de la vidéo en ligne ont déjà saisi cette opportunité : YouTube (YouTube Kids), Vine (Vine Kids) ou encore Dailymotion (Dailymotion Kids) ont d’ores et déjà développé des contenus et applications dédiés aux enfants.

Qu’en est-il des diffuseurs traditionnels ?

Si TF1 fait actuellement bouger les lignes en la matière avec « TFou Max », son service de VoD par abonnement dédié aux enfants de 3 à 12 ans, l’ensemble des diffuseurs traditionnels doit effectuer un travail de fond spécifique sur la création de bibliothèques de programmes à la demande dédiés aux enfants, afin de rester compétitifs. La chaine de télévision britannique Sky a ouvert le bal outre-manche, en passant de 700 à 4000 épisodes pour enfants disponibles dans sa bibliothèque. En France, la société américaine Netflix, dont l’offre se situe à mi-chemin entre les diffuseurs en ligne et les diffuseurs traditionnels, propose également une section dédiée aux enfants comprenant une multitude d’épisodes et de films adaptés aux différentes tranches d’âge.

Les chaînes de TV doivent donc s’adapter sans cesse à cette nouvelle génération d’enfants « rois » qui, même s’ils ne paient pas les factures, sont de réels influenceurs en matière d’entertainment auprès de leurs parents, qui ne leur refusent plus rien. Il y a fort à parier que d’ici peu, tous les programmes de télévision pour enfants soient accessibles à la demande…

Découvrez comment Brightcove peut aider à lancer un service VOD