Une nouvelle étude confirme les attentes élevées des consommateurs en matière de lecture vidéo

Une nouvelle étude confirme les attentes élevées des consommateurs en matière de lecture vidéo

 Le passage à l’ère du numérique a induit plusieurs vagues de transformation chez les entreprises de médias. Depuis l’explosion du nombre de périphériques jusqu’à la diffusion de contenu social, les diffuseurs naviguent désormais dans des courants nouveaux et méconnus. Mais si l’on y regarde de plus près, une tendance en particulier émerge comme l’accélérateur de cette transition numérique : c’est la rapidité sans précédent avec laquelle les consommateurs ont modifié leur comportement et leurs attentes en matière de visualisation de contenu vidéo payant.

Afin de contribuer à mieux cerner cette évolution, nous avons commandité une étude indépendante menée auprès de 2 000 consommateurs répartis aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en France et en Allemagne. Les résultats de cette enquête ont confirmé que les consommateurs ont des attentes de plus en plus élevées en matière de vitesse, de fiabilité et de qualité de la lecture vidéo.

Des attentes élevées
Sur les ressortissants français interrogés, plus de la moitié (53 %) ont déclaré attendre depuis ces deux dernières années plus de choses du contenu vidéo à la demande (ou VOD). En haut de la liste figure la vitesse, près d’un tiers des consommateurs (29 %) attendant désormais un VOD plus rapide. La disponibilité sur tous périphériques est également citée (15 %). De plus, près d’une personne sur cinq (18 %) estime que tout le contenu diffusé doit être disponible à la demande, alors que 9 % d’optimistes estiment même que le contenu doit être disponible à la demande avant même d’être diffusé.

Des publicités qui posent problème
D’après les consommateurs français, le plus frustrant dans une vidéo en ligne est la présence de publicités non pertinentes en fonction du contenu de la vidéo (27%), suivi de près par l’impossibilité de bénéficier d’une qualité identique sur différents périphériques (26 %), des publicités « ennuyeuses » (25 %), et enfin le fait d’avoir à attendre son chargement (22 %).

L’essor du « quand je veux, où je veux »
Malgré ces frustrations, le VOD demeure l’un des favoris des consommateurs français. Plus d’un tiers d’entre eux (36 %) déclarent regarder du contenu vidéo à la demande (de type Netflix ou BBC iPlayer) au moins une fois par semaine. Pour un peu moins d’entre eux seulement (29 %), cette fréquence passe même à au moins deux fois par semaine. La prolifération des périphériques intelligents a également contribué à l’essor de popularité du contenu VOD, en autorisant une navigation rapide au gré des contenus. L’étude montre par ailleurs que 39 % des spectateurs français sont désormais plus susceptibles de regarder une vidéo en ligne sur une tablette, un smartphone, un téléviseur intelligent (smart TV) ou une console de jeu.

Surtout, la grande majorité (64 %) admet préférer le contenu VOD au contenu télévisé classique tout simplement parce qu’il est « consommable à tout moment ». Cependant, pour qu’il puisse véritablement concurrencer le contenu télévisé classique, le contenu VOD doit, pour l’immense majorité des consommateurs français interrogés, être à la fois plus rapide (65 %) et de meilleure qualité (72 %).

Brightcove présente actuellement les résultats de cette étude et son nouveau service de lecture vidéo Brightcove Perform (lien vers le communiqué de presse) à IBC 2014.