Question « idiote » : Appli ou pas appli ?

 « Qui des applis ou du web mobile va gagner la partie ? »

C’est l’une des questions les plus récurrentes au cours de ces deux dernières années dans le monde de la mobilité. Les médias ont tendance à dire que ce sera forcément l’un ou l’autre qui l’emportera, car d’ici 5 ans, les utilisateurs auront soit choisi de naviguer dans leur portable, soit choisi d’utiliser des applis, mais qu’en aucun cas ils ne feront les deux. J’ai également entendu cette réponse dans la bouche de fervents adeptes des fournisseurs de plateformes.

Eh bien, selon les données les plus récentes du bilan de l’année mobile 2010 de Comscore (disponible en téléchargement gratuit avec inscription), la question «appli ou site mobile» apparait comme complètement dépassée ,car il est évident que les consommateurs font les deux.

Malgré la malheureuse faute de frappe dans le titre de ce graphique, les données sont assez claires. Comscore le résume très bien dans le rapport :

"Les deux activités ne sont pas exclusives. En fait, la plupart des utilisateurs qui utilisent une méthode utilisent également l'autre. […] En Europe, 71% des utilisateurs de navigateur mobile utilisent aussi bien des applications, alors que 73% des utilisateurs d’applis utilisent également leur navigateur. Seulement 7% des utilisateurs Européens d’applications n'utilisent pas de navigateur, et 8% des utilisateurs de navigateur n'utilisent pas les applications. Au lieu de faire un choix entre l’un ou l’autre, les internautes mobiles ont tout simplement décidé d’utiliser les deux indifféremment. "

Puisque les internautes sont autant disposés à consommer du contenu via les applications que les navigateurs web mobiles, la plupart des annonceurs et des médias vont vouloir en faire de même. Mais cela ne signifie pas pour autant que votre site web mobile et vos applications mobiles ont les mêmes objectifs ou doivent être scrupuleusement identiques. À mon avis, les sites web mobiles sont les mieux adaptés pour faire connaitre une marque, en privilégiant la découverte et en minimisant le niveau d’engagement du visiteur. Une fois que vous avez éveillé l’intérêt et établi un certain niveau d'image de marque, vous pouvez demander aux consommateurs d'installer votre appli pour renforcer la relation ainsi établie. C’est pourquoi les applications renvoient davantage à un engagement sur la durée et à une certaine forme de loyauté.

Notre kit de développement d’application pour iOS et Android a généré énormément d’intérêt. Mais l’intérêt a été encore plus important pour le passage des sites web existants en version mobile, que ce soit en utilisant HTML5 ou des environnements de développement optimisés pour la mobilité. Les technologies compatibles avec les processeurs mobiles telles que le nouveau Flash Stage Video permettent de créer une expérience de web mobile encore meilleure, sur le nombre croissant des terminaux compatibles avec Flash. , tout est une question de portée et d’engagement, ce qui implique nécessairement de recourir aux applications ET aux sites mobiles.

Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir puisqu’une enquête présentée par Google en partenariat avec la Mobile Marketing Association nous révélait il y a quelques jours que seules 12% des entreprises françaises ont un site web mobile.